La gentrification avec Jean-Marc Nicolle

La gentrification avec Jean-Marc Nicolle

Actuellement, environ 75% des Français habiteraient en ville. Ce n’est un secret pour personne, chaque quartier à son petit caractère. Un caractère que lui a insufflé l’histoire, la géographie et, parfois, la littérature. Au-delà de ça, les quartiers sont souvent définis et redéfinis par les habitants eux-mêmes. Les quartiers évoluent donc au fil du temps, marqués par certaines décisions politiques ou changements naturels.

Introduction

Belleville était, par exemple, un quartier populaire de Paris où l’habitat originel était souvent caractérisé par sa mauvaise qualité générale. Il faut attendre l’année 1952 pour que la ville de Paris entame d’importants travaux de rénovation. Aujourd’hui, de nombreuses polémiques naissent de la gentrification du quartier, un phénomène qui se manifeste par un embourgeoisement urbain. C’est ainsi que l’on voit se développer nombre de lieux branchés, d’immeubles de standing et de magasins bio. On note également une réappropriation des anciennes cours artisanales des faubourgs par des artistes appartenant à une classe sociale aisée. L’objet de cet article est comprendre, avec l’aide du maire de la ville du Kremlin-Bicêtre, Jean-Marc Nicolle, ce qu’est la gentrification, un phénomène contre lequel il veut lutter afin de promouvoir plus de justice sociale.

Gentrification Ville

Qu’est-ce que la gentrification?

Jean-Marc Nicolle : La gentrification est un terme général qui désigne l’arrivée de personnes plus aisées dans un milieu urbain existant. Cette arrivée induit une augmentation connexe des loyers et de la valeur des propriétés, ainsi que des changements dans le caractère et la culture du quartier. Ce terme est souvent utilisé de manière négative. Il suggère le remplacement de communautés pauvres ou populaires par une population plus riche. Mais les effets de la gentrification sont complexes et contradictoires. D’ailleurs, ont constate que l’impact réel de ce phénomène varie selon les quartiers et selon les villes que ce phénomène touche. De nombreux aspects du processus de gentrification paraissent cependant positifs. Qui ne voudrait pas voir une réduction de la criminalité, de nouveaux investissements dans les bâtiments et les infrastructures et une activité économique accrue dans leurs quartiers ? Malheureusement, les avantages de ces changements profitent souvent, et de manière disproportionnée, à la partie de la population la plus aisée, avec un investissement plus grand des pouvoirs publics. Tandis que les populations originelles se retrouvent économiquement et socialement marginalisées.

La gentrification a été la cause de nombreuses tensions dans certaines villes françaises comme Bordeaux, Toulouse ou Lyon. Ce phénomène est souvent perçu comme une forme d’injustice sociale qui privilégie les nouveaux arrivants bénéficiant d’un pouvoir économique supérieur.

Bien qu’il n’existe pas de définition claire de la gentrification, on constate que celle-ci se caractérise par plusieurs changements majeurs :

• Données démographiques : augmentation du revenu médian, départ de la classe populaire, réduction de la taille des ménages, remplacement des familles à faibles revenus par une population jeune et plus aisés.

• Marchés immobiliers : fortes augmentations des loyers et du prix des logements, augmentation du nombre d’expulsions, conversion de logements locatifs en propriété, construction de logements luxueux.

• Utilisation des sols : démantèlement des infrastructures industrielles, augmentation du nombre de bureaux et de services, développement des lofts, construction de logements haut de gamme, de magasins de qualité, de restaurants et de bars branchés.

• Culture et caractère : idées nouvelles sur ce qui est souhaitable et attrayant en terme d’architecture, d’aménagement paysager, de comportement social et d’offre culturelle.

Simone