Travail du bois : quels sont les dangers ?

Travail du bois : quels sont les dangers ?

Charpentiers, ébénistes, menuisiers, ces travailleurs du bois risquent leur vie pour obtenir, rendre, aboutir à un résultat satisfaisant, surtout quand ils utilisent leurs outils motorisés. Quels sont alors les différents dangers de ces métiers à risque dans le domaine du bois ? La suite dans cet article intéressant.

Qu’est ce qui fait que ces métiers soient à risques ?

Certaines professions dans le secteur bois, comme tout travail manuel, contiennent plus ou moins des menaces pour leurs exercices, comme l’ébéniste, le charpentier, le menuisier, etc. Néanmoins, ils utilisent des machines électriques qui sont dangereux.

D’autres sont encore plus exposés, il y a notamment la coupe et l’exploitation. L’abattage d’arbre requiert en effet beaucoup de techniques et d’acuité visuelle. Il y a des calculs précis à faire, comme la direction de la chute et le périmètre atteint par l’arbre en tombant, etc. pour que le travail ne provoque des accidents. Le métier d’élagueur grimpeur à Montpellier (34) est donc un métier à risques, mais il ne présente pas de danger si la personne a suivi des formations. Montpellier se trouve dans le département de l’Hérault (34), c’est une très grande ville universitaire avec une grande population plutôt jeune par rapport aux autres villes française.

Dès qu’un travailleur du bois utilise une machine, il risque d’avoir des accidents. Il ne faut pas oublier que la lame d’une machine comme la déligneuse à 2 ou 3 lames ou la scie à grume horizontale sont extrêmement coupantes. Ces machines transforment les bois en planches.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier les tracteurs qui servent à transporter les bois coupés. Comme ce sont de gros véhicules avec de gros rondins de bois, la question de sécurité doit être de rigueur. Ce n’est pas pour rien que les ouvriers de cette filière portent un casque. Mais savez-vous pourquoi ils utilisent également des cache-bouches ?

Les cache-bouches leur servent pour se protéger des copeaux et des « poudres » de bois. En effet, si l’on ne fait pas attention à ces résidus, l’entrée des poussières dans l’organisme entraîne des maladies à court terme, voire des cancers plus de 10 ans après exposition. Plus précisément, elle provoque des pathologies respiratoires et cutanées, et même des lésions permanentes graves comme la fibrose pulmonaire. Les métiers à risque de cette filière sont donc nombreux. Il se peut même que tous les travaux du bois soient concernés. Voici quelques emplois à risque qu’on doit connaitre.

02 professions du bois qui comportent des dangers

A part le bûcheron qui abat des arbres et les fait tomber précisément sur une surface généralement plane et élaguée de manière à ce que les bois ne rebondissent pas, ce qui présente déjà un risque pour les autres bûcherons, il existe d’autres métiers dangereux dans cette filière : le constructeur bois et le conducteur d’engins forestiers. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, en pratique il y a de nombreux périls que vivent ces travailleurs de la forêt.

Le constructeur bois fabrique des ossatures pour les maisons et les bateaux, voire les hangars agricoles. Il réalise aussi des éléments préfabriqués en bois sur le chantier. Il s’occupe des ouvrages en bois, des passerelles et même des bâtiments publics. Pour cela, il utilise de petites perceuses motorisées, mais il monte à des hauteurs assez incroyables, et parfois inimaginables, pour faire son travail. Les copeaux et les poussières de bois ne sont pas à écarter. Les conséquences de ces derniers sont parfois irréversibles, voire mortelles.

Le conducteur d’engins forestiers prend deux fonctions : conducteur d’abatteuse et de débardeur. L’abatteuse forestière possède une tête d’abattage qui sectionne l’arbre et le « façonne ». En fait, après l’avoir abattu, elle sectionne les branches et les découpe en billons et en grumes d’une certaine longueur. Le risque de panne n’est pas à oublier : il ne faut pas que des personnes se trouvent près de la machine car si elle tombe en panne, elle pourrait relâcher les troncs qu’elle porte et toute personne se trouvant à proximité sera écrasée. D’autres problèmes peuvent survenir pour ce métier comme la réparation de la lame d’abatteuse. Au cas où le conducteur ne prévient pas que la commande de la lame est activée, la mort peut survenir en une seconde pour le réparateur.

Simone